Mot du Directeur

Djibouti, par sa position géographique stratégique, est une passerelle reliant le Moyen Orient et l’Asie à l’Afrique de l’Est. Membre de l’OMC depuis 1995, la création d’un organisme chargé de la propriété industrielle témoigne de la volonté politique du Président de la République qui a fait de la transition de Djibouti vers l’économie de la connaissance sa priorité. 

De la naissance d’une entreprise à la sécurisation des actifs intangibles constituant son patrimoine, l’ODPIC joue un rôle catalyseur dans l’amélioration du climat des affaires.

L’acquisition de la qualité de commerçant d’une personne physique ou morale par l’immatriculation au Registre de Commerce, l’ODPIC enregistre également tous les événements affectant sa vie. Et de ce fait, le Registre de Commerce est devenu un véritable outil d’intelligence économique pour les sociétés de la place et les futurs investisseurs à Djibouti. Il permet, d’une part, d’assurer la transparence des rapports d’affaires grâce à la publicité des inscriptions, et d’autre part, d’identifier les secteurs porteurs.

Et dans cette optique, la stimulation des activités créatrices intellectuelles se concrétise par l’obtention des titres de propriété industrielle. Ces derniers publiés aux Registres de Propriété Industrielle constituent une arme de dissuasion pour prévenir les éventuelles commissions d’actes de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Cette protection accordée dans les conditions prévues par les lois et règlements en vigueur, considérée comme une récompense aux innovateurs pour leurs contributions à la nation, encourage la créativité et l’innovation.

Le mot d’ordre de l’ODPIC sera toujours le même « l’accompagnement de la croissance économique par l’innovation ».